Vivre entre terre et mer
Gois panoram

Les guerres de Vendée

1789 : La Révolution éclate en France. De cette période de troubles, les vendéens ont beaucoup souffert. Ces derniers étaient très attachés à leur roi et à l'Eglise catholique. Ainsi, le 10 mars 1793, la commune de Beauvoir sur Mer fut la première à se révolter contre la République. Ainsi débutèrent les guerres de Vendée.

La France était divisée en deux. Les catholiques fidèles au Pape allaient désormais prendre position contre la Révolution. Les vendéens faisaient partis de ceux-là. Ils préféraient rester avec leurs «bons prêtres», fidèles à Rome, et considérés comme des ennemis publics de la nation.

Mathieu de Gruchy, vicaire de Beauvoir sur Mer était l'un d'entre eux. Tout comme la constitution civile du clergé, la réorganisation de la garde nationale cantonale n'était pas non plus très appréciée dans les bourgs vendéens et c'est d'ailleurs à cette occasion, le 10 mars 1793, au cours d'une assemblée concernant cette réorganisation, que les habitants de Beauvoir sur Mer se mutinèrent et que l'insurrection commença.

Image histoire 8Du 11 au 20 mars, les émeutes gagnèrent les 2/3 de l'Ouest. Les bandes conduites par des personnes telle Stofflet ou Cathelineau allaient alors faire place à une armée catholique et royale sous la conduite de Charette, d'Elbée ou encore La Rochejaquelin.

Durant cette période des Guerres de Vendée, la cité belvérine devait passer d'un camp à l'autre. Fin Septembre 1793, l'île de Noirmoutier étant contrôlée par les républicains, le général vendéen François-Athanase De Charette de la Contrie essaya de s'en emparer mais sa tentative se révéla être un échec. Il décida alors de se replier à Beauvoir sur Mer qui était à ce moment-là aux mains des royalistes.

Repartis entre-temps sur Legé, Charette n'abandonna pas l'idée de prendre l'île et quelques jours après sa première tentative infructueuse, le 11 octobre 1793, il revint à Beauvoir afin d'agir de nouveau. Cette fois-ci, malgré une bonne résistance républicaine, le général vendéen atteint son but. Charette installa ses troupes aux points stratégiques de l'île et revint sur le continent. C'est à ce moment qu'eut lieu «l'affaire de Beauvoir», ainsi nommée par le général républicain Aubertin dans ses Mémoires. En décembre 1793, Charrette, qui était dans la cité belvérine, averti par l'arrivé des républicains, disposa son armée en ordre de bataille afin d'affronter les bleus. Cependant, à l'arrivée des troupes républicaines, les blancs décidèrent de battre en retraite dans les marais de Bouin. Beauvoir sur Mer venait de passer aux mains des républicains et Aubertin s'installa d'ailleurs dans la maison que Charette venait de quitter. La ville servit alors de base aux bleus afin de préparer leurs offensives visant à reprendre Noirmoutier, qui fut d'ailleurs récupéré, non sans mal, au début de l'année 1794.

Ces guerres se terminèrent finalement en faveur des républicains avec la prise de Charette suivi de son exécution le 29 mars 1796, place Viarme, à Nantes. Le 28 novembre 1797, Mathieu de Gruchy, le prêtre réfractaire de Beauvoir était exécuté au même endroit.